Assemblage #33 Faire famille

Assemblage #33 Faire famille

Julio présente l’exposition Assemblage #33 Faire famille qui se déroulera tout le mois d’avril.

Le vernissage, en présence des artistes, sera le samedi 2 avril de 17h à 21h.

Ouvertures : du 2 février au 30 avril 2022, les vendredis et samedis de 15h à 19h. à Julio au 13 rue Juillet, 75020

L’expression « faire famille » implique un choix partagé, une construction volontaire d’amour solidarité, la reconnaissance des liens qui se veulent l’équivalent des liens biologiques. Chiachio & Giannone, couple à la vie privée et « artiste à deux têtes », travaillent à recomposer une constellation familiale d’artistes appartenant à la communauté LGTBQIA+. Pour cet Assemblage #33, ils ont convoqué les œuvres d’Alicia Paz, Curtis Putralk et Jordan Roger.

– Les œuvres sont en vente en soutien aux artistes et à l’association –

Chiachio & Giannone : Leo Chiachio (né à Banfield en 1969) et Daniel Giannone (né à Cordoba en 1964) vivent et travaillent à Buenos Aires (Argentine).

Depuis 2003, ils forment le duo artistique, Chiachio & Giannone. Couple à la vie privée et «artiste à deux têtes» comme ils se plaisent à le dire, Chiachio & Giannone brodent à la main des tapisseries figurant majoritairement des autoportraits. À partir de scènes rêvées, de fantaisies, de situations extraordinaires, ils se mettent en scène, seuls, en couple ou avec leurs chiens. Le choix technique de la broderie leur permet de témoigner leur amour pour les pratiques textiles à travers le temps et la géographie. Ils s’inspirent de traditions et d’iconographies issues d’une recherche multiculturelle puisqu’ils explorent aussi bien l’Amérique Latine, l’Asie ou encore l’Europe. Un choix technique et temporel qui correspond à une volonté de leur part de déconstruire les catégories et les stéréotypes sexistes. Depuis 2018, Chiachio & Giannone développent Celebrating Diversities, un projet itinérant à travers lequel ils rendent hommage à la communauté LGBTQIA+ en Argentine, aux États-Unis et en France. Les mosaïques textiles et les drapeaux manifestent un engagement envers à la fois une mémoire collective en proie à l’amnésie et un sentiment de fierté que les artistes souhaitent diffuser lors de leurs expositions. Les œuvres issues de ce projet donnent une visibilité aux artistes (passé·es et actuel.les) de la communauté LGBTQIA+. Chiachio & Giannone écrivent ainsi une histoire de l’art vivante, queer et activiste à laquelle ils appartiennent

Curtis Putralk : Née au Chili en 1973. Vit et travaille à Paris.

Curtis est une artiste et performer vivant à Paris. Elle a commencé son travail comme artiste en faisant des études d’Anthropologie et Musique. Au Chili, elle est devenue animatrice de la scène underground des villes où elle a habité, en réalisant une série des projets liés au cinéma, à la poésie, aux arts plastiques, à l’édition et à la musique dans des lieux non officiels. À Paris, elle a fondé la Galerie Bref en 2003 et l’espace culturel La Casa Povera en 2011. Elle a travaillé comme assistante d’artiste, notamment avec Annette Messager. Elle a réalisé des ateliers de création et d’édition de livres avec sa maison d’édition de livres en carton La guêpe cartonnière, travail exposé à la Halle Saint Pierre et au Quai Branly, en collaboration avec différentes maisons d’édition. Elle a fondé le collectif de création et de production artistique La Centrale 22 avec lequel elle travaille actuellement. Elle poursuit également son travail personnel, axé sur l’expérimentation et la création d’un mythe individuel à travers son personnage Curtis Putralk, qui intervient dans des installations et des performances

Alicia Paz :Née à Mexico, Mexique, en 1967. Vit et travaille à Londres.

Alicia est artiste plasticienne de nationalité mexicaine et française . Elle est également professeur de peinture au Camberwell College of Arts, dans le cadre de l’University of the Arts London (UAL).
Les peintures, collages et les sculptures d’Alicia Paz traitent principalement de l’identité et explorent la mutabilité de la subjectivité. Paz se concentre sur la figure féminine : le Soi est vécu et présenté comme multiple, paradoxal et en mouvement. Habitant des paysages fantastiques et exotiques, les sujets féminins de Paz fusionnent et se combinent avec la vie organique. Des visions étranges et troublantes de femmes-arbres et de femmes-monstres représentent également la fusion du Sujet avec la peinture elle-même : elle dépeint souvent des figures ressemblant à des amphibiens ou à des plantes « pleurant » des pigments, leurs membres, leurs cheveux et divers accessoires ornementaux recouverts de boue et dégoulinant, comme extrait d’un marécage post-cognitif coloré. Son travail intègre parfois des éléments issus des arts appliqués et décoratifs, utilisant ces registres comme vecteur de récits entrelacés. D’autres sujets récents incluent l’hybridité culturelle et les représentations de la famille, explorant les complexités de la parenté et de la filiation dans un monde globalisé.

Elle  a  récemment présenté une exposition personnelle intitulée Juntas (Ensemble), à la Maison de l’Amérique latine à Paris. Elle a aussi exposé son travail au FRAC Ile-de-France, Château de Rentilly, dans le cadre de l’exposition collective Le Cabaret du Néant (septembre-décembre 2020), et participé à Life Stories (mai-septembre 2021), une exposition de groupe à Chatsworth House, Derbyshire (R.U.). En tant qu’artiste multiculturelle, son travail a été présenté dans l’exposition collective Tous, des sang-mêlés, au MACVAL, Vitry-sur-Seine, France (2017).

Jordan Roger: Né à Romorantin, France en 1996. Vit et travaille à Paris.

Jordan est un jeune artiste diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges. Fantasques, légères et colorées, ses œuvres rappellent l’art baroque : tout y est exagéré, surchargé, dramatique. «À l’heure où la communauté gay a tendance à faire la chasse aux folles pour un fallacieux besoin de retour à la virilité, Jordan Roger les magnifie et les étudie aussi. Il revisite les clichés queer, homosexuels, camp, les retourne dans de joyeuses installations. […] Le travestissement et le kitsch, qui caractérisent la follophilie gay, lui permettent de manière autobiographique de profaner tantôt le patriarcat, tantôt la communauté dont il est issu et qui l’a rejeté, les Témoins de Jéhovah.»

Artistes:

  • Chachio & Giannone
  • Viviana Mendez Moya / Curtis Putralk
  • Alicia Paz
  • Jordan Roger