Assemblage #34 Mille ans après

Mille ans après

Julio présente la dernière exposition avant l’été, Assemblage #34 Mille ans après avec Jonathan Bréchignac, Lucie Douriaud et Manon Pretto.

Le vernissage, en présence des artistes, sera le samedi 18 juin à partir de 17h.
Ouvertures : du 18 juin au 2 juillet 2022, les vendredis et samedis de 15h à 19h

13 rue Juillet, 75020

Que trouvera-ton dans le future comme trace de notre civilisation ? voici une question qui parait logique, mais qui soulève d’autres interrogations. Malgré notre conscience actuelle de l’abondance des restes de produits d’origine fossile dans notre environnement, nous avons besoin de nous projeter dans une humanité future qui doit faire un travail d’archéologue pour nous définir.

Une spéculation, dans le sens étymologique du mot, un jeu de miroir qui nous révèlerait les traces de notre présent. Les artistes d’Assemblage #34 Mille ans après les ont trouvé dans la neige, sous l’argile, et dans les vestiges du numérique.

– Les œuvres sont en vente en soutien aux artistes et à l’association –

Jonathan Bréchignac: Né en 1985 en Provence. Il vit et travaille à Paris.

Il a étudié le design graphique à Marseille et il est diplômé  de l’ERG Bruxelles.

Algues bioluminescentes, scarabées irisés, réfractions lumineuses,  pierres mouvantes, le travail de Jonathan Bréchignac prend comme  point de départ ces phénomènes naturels qui malgré les explications  scientifiques gardent un pouvoir de fascination intact. Sa pratique  interdisciplinaire mêle sculpture, installation et peinture. L’exploration  de la matière occupe une place importante dans sa pratique  artistique qui emprunte des codes liés au monde scientifique  (collecte d’échantillons, expériences et matériel de laboratoire…).  En recréant du «vivant» à partir de matériaux synthétiques mis en  scène à l’aide de nouvelles technologies, Jonathan Bréchignac crée  une poétique de la fascination : Il questionne la frontière entre naturel et artificiel ainsi que le rapport de notre époque au vivant. Dans son  travail, l’invocation de mythes populaires, de théories scientifiques  et ésotériques trouble la perception, entre fiction et réel. Il pointe les limites de notre capacité à comprendre le monde, dévoilant ainsi  les processus par lesquels la croyance émerge.

Jonathan est lauréat du prix Art of Change 21 parrainé  par Ruinart ainsi que du prix Fubiz media 2012.

Lucie Douriaud: Née en 1992 à Lons -le-Saunier (39).  Elle vit et travaille à Paris.

Diplômée de l’ENSA Dijon en 2015 et de l’ENSAD Paris en 2017, elle  développe un travail de sculpture, d’installation et de dessin.  En 2021, elle est invitée à IRL é RL par le collectif Le Wonder, au  Musée d’Art Contemporain de Lyon, dans le cadre du programme de  recherches Effondrement des Alpes de l’ESAAA. Elle oriente alors sa  recherche sur les matières textiles. La même année, Lucie Douriaud fait  partie des 21 lauréat.e.s du prix Planète Art Solidaire d’Art of Change.  En 2020, elle bénéficie d’une résidence à la Villa Belleville et participe au projet Artothèque W collectif W à la Maison des Arts de  Malakoff. Lucie Douriaud est finaliste du Prix Dauphine pour l’Art Contemporain avec V.I.T.R.I.O.L. en 2019 aux côtés d’Elise Roche. Elle expose son travail au Frac Bourgogne-Franche-Comté et au centre d’art La Graineterie en 2018 et participe au programme Création en Cours des  Ateliers Médicis sur l’Île de la Réunion

 » Sensible à la rupture de connexion entre l’homme contemporain  et son environnement le plus élémentaire (ciel, terre, lumière…), Lucie Douriaud met en lien des productions naturelles et artificielles pour  mieux sensibiliser à l’écart qui se creuse entre elles. Dans une veine  post-minimaliste, son travail (sculpture, installation) rend ainsi compte de  transferts formels entre les deux, qu’il renvoie à des paysages modifiés  par l’action humaine ou à des processus physiques reproduits de manière  synthétique. Si la coïncidence entre le biomorphisme (les formes du  vivant) et le design industriel s’organise autour de motifs communs,  les oeuvres de Lucie Douriaud ne s’en tiennent néanmoins jamais à un  simple ornementalisme. La vision d’une symbiose ou, au contraire, d’une  tension entre les éléments plastiques nourrit ainsi une réflexion critique  sur la question écologique et les moyens de repenser la coexistence de  l’homme et de la nature. »  Florian Gaité, avril 2018

Manon Pretto: Née en 1993 à Melun. Elle travaille entre Paris et Clermont-Ferrand.

Elle obtient un DNSEP à l’École Supérieure d’Art de Clermont Métropole en 2020. Son travail prend source dans différents engagements personnels à l’échelle du territoire, comme avec Perou – Pôle Exploration des Ressources Urbaines, laboratoire de recherche action sur la ville hostile – ainsi qu’avec Yes We Camp, où elle saisit les enjeux de la création en situation et confirme son intérêt pour les alternatives à l’appréhension urbaine et à des problématiques d’hospitalité. Son travail a été présenté en France : In extenso (Clermont-Ferrand), Centre culturel de la ville de Guyancourt (Guyancourt), Fondation d’entreprise Francès (Senlis), Espace Voltaire (Paris), Lestudio (Paris), Les Églises centre d’art contemporain (Chelles), Lille artup (lille), Biennale de Mulhouse 2021 (Mulhouse), La guerrière (Rennes), Musée Bargoin (Clermont-Ferrand), le Julio Artist run space (Paris), Le Bal (Paris), Macadam Gallery (Bruxelles) et également à New York à la suite d’une résidence au Triangle Arts Association. Elle est nommée pour le 13e Prix Icart Artistik Rezo et le Prix Carré sur Seine.

Son travail pluridisciplinaire, allant de l’installation à la performance en passant par la sculpture, explore les frontières entre le corps et l’image, en s’attachant à différents facteurs sociaux communs tels que la communication et l’identité. Manon travaille, entre autres, sur les errances et sur la façon dont nous nous adaptons à notre environnement. Sa pratique est tournée vers l’univers de la science-fiction pour un environnement à prédominance urbaine et contient un aspect politique fort. Elle crée des objets prothétiques aux allures futuristes, pour créer un humain augmenté. Elle travaille également sur les images de ce qui nous entoure et crée des personnages évoluant dans un cadre dystopique. Les projets de Manon sont conçus pour un environnement en constante évolution.

Artists:

  • Jonathan Bréchignac
  • Manon Pretto
  • Lucie Douriaud