Save the date: Assemblage #26 Les âges de la mue

Les âges de la mue

Vernissage samedi 30 janvier à partir de 14h  à Julio Artist-run Space –  13 rue Juillet, 75020 Paris .

Julio présente l’exposition Assemblage #26 Les âges de la mue.  Un face à face inédit entre Santiago Esses et Julie Joubert, qui présentent leurs derniers travaux autour de l’imaginaire de l’enfance et de l’adolescence. Ces deux étapes contigües de la vie, dont la limite se floute dans le souvenir, partagent le chiasme entre la vie vécue et ses propres projections, la réalité objective et le fantasme.

Pour cette occasion, nous avons invité Lorenza Brandodoro à rédiger le texte de l’exposition.

Le vernissage sera le samedi 30 janvier de 14h à 17h  et  l’accès au lieu se fera dans le respect des consignes sanitaires.

Exposition ouverte du 30 janvier au 20 février les jeudis, vendredis et samedis de 16 à 19h (à confirmer selon les nouvelles mesures) ou sur RDV

Les œuvres sont en vente en soutien aux artistes et à l’association

Santiago Esses: Né en 1992 à Buenos Aires, Argentine. Il vit et travaille à Paris.

Il est diplômé des Beaux-Arts de Paris [ENSBA] en 2018. Sa pratique se développe autour de la photo, la vidéo, la sculpture et le mobilier. Il a participé à plusieurs expositions collectives en France et à l’étranger et ses œuvres ont été publiées dans divers catalogues (Greek Moment Grec, Éditions du Regards, 2016; RATAFIA, Récit Éditions, 2018; Beyrouth In Situ, Éditions Beaux-Arts de Paris, 2019)

Son travail est d’abord photographique et d’installation, mais ces derniers temps il s’est penché vers le mobilier et l’objet d’artiste. Il s’intéresse aux sculptures de Miró, Franz West et Gaetano Pesce, à leur façon de confondre l’art et le quotidien ainsi qu’à leur sens de l’humour. C’est dans ce style qu’il a voulu inscrire sa pratique, avec une démarche ludique et utilitaire.

Pour cette exposition à la galerie Julio, il a conçu une série d’objets en lien avec l’enfance et ses récits. Il fait référence à des sujets divers et variés, allant des contes d’Horacio Quiroga au monde Disney, mais en les regardant de loin. Cette série d’objets sculpture-mobilier est entièrement réalisée avec des chutes de métal. Ils forment un ensemble scénographique, comme ceux du Groupe Memphis dans les années 1980. C’étaient eux qui décrivaient leur démarche comme une succession d’accidents heureux de matière qui composent des ensembles étonnants. Ils se détachent d’une vision formelle de l’objet en inversant le processus de conception en unifiant des éléments disparates. Cet assemblage justifie selon Santiago l’objet en tant qu’œuvre et l’oppose à un processus industriel.

Julie Joubert: Née en 1989 à Paris, France. Elle vit et travaille actuellement à Montreuil.

Photographe diplômée de l’Ecole des Arts Décoratifs de Paris, Julie Joubert s’approprie des thématiques sociales afin de rendre visibles ceux qui sont continuellement mis à l’écart. A la lisière du documentaire, ses photographies invitent le spectateur à modifier la perception qu’il peut avoir de ces individus à travers la sublimation de ces visages et de ces corps.Tout en maintenant une
certaine distance, elle cherche à mettre en lumière l’authenticité et la singularité de ses sujets. A travers des images dépouillées de tout artifice, elle questionne le rapport à l’Autre et sa représentation.  L’aspect documentaire de son travail écarte toute anecdote pour restituer l’essentiel: la fragilité de la présence humaine.

Son travail a été présenté lors de différentes expositions en France: les Magasins généraux à Pantin, la Galerie Houg à Paris ou encore lors du festival l’Image Satellite à Nice. Elle est lauréate du Prix Caisse d’Epargne 2020 et finaliste de la première édition du Prix Caritas Photo Sociale 2020 présidé par agnès b.

Exposition du 30 janvier au  20 février 2021
Ouverte les jeudis, vendredis et samedis de 16 à 19h (à confirmer) ou sur RDV

Les œuvres sont en vente en soutien aux artistes et à l’association

Mediums

  • installation
  • sculpture
  • photographie